Peace and Love, paresse et promotion

Publié le par Hubert Mansion

L’écrasante majorité de problèmes que je rencontre sont liés à la promotion . La plupart des chanteurs et chanteuses se plaignent qu’on ne les entende pas assez ou pas du tout en radio, que peu de gens viennent à leurs concerts, que la presse ni la télévision ne parle d’eux, etc. D’un côté il y a les stars, dont on nous abreuve de nouvelles. Et de l’autre, les autres, dont « l’industrie de la communication » ne parle pas.

On dirait que, dépassé par Internet, le monde du show-business le soit aussi par celui la communication. Je ne vois en général que vieilles mécaniques, stratégies désuètes et idées paresseuses face à des médias peureux. Tout cela est rouillé, perclus de rhumatisme, et surtout ennuyeux.

 

Il y avait une règle dans la promo, qui était: étudiez attentivement ce que font les autres. Puis faites le contraire.  Ce que j’observe aujourd’hui ressemble beaucoup plus à :

-Un grand manque de moyens : on investit beaucoup trop d’argent dans la production (pour écouter l’album sur un téléphone) et il n’y en a plus pour la promo.

-Un manque d’imagination : on pense que la qualité de l’album suffira à son succès (mais comment le public le connaîtra-t-il ?)

-Du conformisme : on fait comme les autres (alors que les autres disposent peut-être de dix fois plus de moyens)

-Une erreur de jugement des artistes : qui s’abandonnent à de soi-disant spécialistes ou croient qu’une maison de disques a le même intérêt qu’eux (une maison de disques a intérêt à vendre des disques, mais pas forcément les disques de l’artiste).

-De la paresse : et je crois que c’est la cause des autres causes.

Je pensais à tout ça en regardant les images ci-dessous : il y a du travail, de l’audace, de l’imagination, de l’originalité. Et en ce qui concerne les moyens, il n’y en a aucun.

Mais ça n’empêche personne de bouger.

Visualisez le "métro"-clip ci-dessous (attendre le chargement complet de la page)

OU

cliquez sur le bouton PLAY ci-contre

 


 

  

Publié dans SHOW-BUSINESS

Commenter cet article

Hubert Mansion 05/05/2007 14:38

J'aimerais que vous ayez raison. Il y a certainement de plus en plus de communautés et d'aggrégateurs. Il y a de plus en plus d'artistes sur My Space, de plus en plus de sites, etc. En gros, de plus en plus de scènes virtuelles, de plus en plus d'endroits permettant de connaître des artistes.
S'agit-il pour autant de promotion ? Peut-être. De marketing ? J'en doute - mais je me trompe peut-être. J'entends de plus en plus de musiques, mais de moins en moins d'êtres humains, d'histoires, d'imaginaire. Les artistes tendent à communiquer sur ce qu'ils font, mais pas sur ce qu'ils sont. Pour faire une (odieuse) comparaison, ils communiquent sur le produit mais pas sur la marque. Et je trouve que c'est une grande erreur...

Scutarius 04/05/2007 21:08

Bonjour,Votre billet est très pertinant mais je ne suis pas nécessairement d\\\'accord sur tous les points. OK sur les erreurs de jugement des artistes, ou sur le conformisme, donc ma paresse. Mais l\\\'imagination me semble bien au-contraire revenue. Si on retrouve souvent des plan-médias classiques mis en place par les majors, voire certains gros indépendants, il y a aussi de plus en plus d\\\'originalité par ailleurs. A l\\\'instar des gros acteurs du marché qui ont développé une expertise dans la capacité à toucher LA (ou les) cibles, (mais sont assez peu innovants dans les solutions de promotion) ; les petits labels, boite de com ou les autoproduits, utilisant justement les moyens du bord trouvent des solutions originales et efficaces.  Les flyers sont un exemple ancien (aujoud\\\'hui repris par les majors. héhé). PLus récemment l\\\'utilisation de videos "virales" (comme l\\\'illustre la votre),  est  un formidable vecteur de promotion.  On a à ce titre et à ce jour, pas encore assez approffondi les techniques de marketing viral ou les effets de la polémique soft je trouve.Par ailleurs, d\\\'un autre côté, les médias classiques (TV-radio-presse) ont perdus récemment un peu de leur superbe faces aux aggrégateurs communautaires et site spécialisés (Myspace, Last FM, radio blog, Pandora, webzines,podcast et j\\\'en passe) qui nous conseillent et nous "aident" à trouver ce que l\\\'on aime. On n\\\'a plus besoin d\\\'un écran publicitaire au sens strict du terme^^.Notre conclusion est néanmoins la même ^^ : La promotion des produits culturels doit être répensée. Bon le show-biz ce n\\\'est pas nécessairement la culture (euphémisme).