Julie, victime de Loft Story

Publié le par Hubert Mansion

Le show-business est le bruit que fait une industrie qui ne pense qu’à l’argent quand elle rencontre un artiste qui ne pense qu’à l’ego.

L’argent vient au service de l’ego et le surgonfle afin de l’embellir. Peu à peu, et à mesure qu’augmente le succès, si l’artiste se laisse piéger, l’ego que tout le monde adule se sépare du moi qui se retrouve seul et riche. Le second bruit qui perce les murs s’appelle alors  pleurs et grincements de dents.

On nous présente maintenant une nouvelle victime de la télé-réalité version québécoise : la gagnante du Loft. Celle-ci dénonce ce qui l’a fait connaître, et se plaint  pour les mêmes raisons que toutes les autres : on n’a pas vu son vrai moi.

"Je considère qu'il est temps que l'image qui nous a été collée disparaisse parce que Loft Story, ce n'est que deux mois dans une vie. Je suis une fille de 24 ans et j'ai 23 ans et 10 mois de vie qui n'ont pas été montrés à la télé. Il est temps que les gens puisse se rendre compte que les lofteurs ont d'autres facettes, qui n'ont pas été véhiculées à la télé".

Elle n’a pas compris les contrats qu’elle a signés, on l’a sans doute espionnée nue sous la douche et quand elle est sortie (du Loft) personne ne l’a prise pour ce qu’elle revendique et qu’elle vend maintenant dans son livre :

« une fille qui  a fait des études universitaires en éducation après avoir lorgné quelque temps vers les communications et a aussi travaillé auprès des jeunes en difficulté. » 

  

C’était en effet difficile à deviner.

Il est encore plus difficile de comprendre qu’une telle jeune femme n’ait pas pris l’initiative de se renseigner sur le concept avant d’y participer. Mais bien sûr elle l’a fait; bien sûr elle savait. Elle avait compris ce qu’elle voulait comprendre et remis à plus tard ce qui la chiffonnait. Ce qui l’intéressait à l’époque était son ego, ce qui intéressait les producteurs était leur argent, ce qui me perturbe est que l’on voie dans cela quelque chose de scandaleux. Car ce n’est que nauséabond.

Publié dans SHOW-BUSINESS

Commenter cet article

Annie 08/10/2009 03:33



Vous parlez du livre d'une Julie dans le Loft Story québecois. Mais la photo est celle d'une Julie qui a participé au premier Loft story en France.



christelle 11/10/2005 16:30

Juste un petit com pour dire que j'apprécie tjrs autant ton blog ;)) Article très pertinent et plein de bon sens qui fait méditer @+

Bernard 07/10/2005 15:18

Bonjour Monsieur Mansion,

Votre blog est super et mon avis se dirige au mon sens que le vôtre. J'ai lu votre livre et le recommande fortement à tous ceux qui ne rêvent plus, Merci.