Plastic Bertrand devient une légende à Montréal

Publié le par Hubert Mansion

Il ne faut jamais désespérer :  on peut porter le poids d’une image trop lourde ou l’étiquette d’un chanteur « has been », le miracle reste toujours possible.  Car voici que Plastic Bertrand s’impose peu à peu, au Québec, comme une icône de la rebellion, pour ne pas dire du rock.

Condamné, en France, à des émissions telles que La Ferme des Célébrités ou des hommages aux années 80, figé, en Belgique, entre Tintin et la Castafiore , Plastic n’a jamais pu transcender son moment de gloire en Europe. Ce n’est pas faute d’avoir essayé. Il a changé de nom, changé de registre, de look,  de maison de disques, et de compositeurs, rien n’y fait.

A Montréal, sous l’impulsion de la communauté gay, Plastic est pourtant occupé à changer de destin.  Le journal Voir, qui fait un peu office de penseur pour les autres, le décrit comme la « Fantastique Plastic Machine ».  Le public l’accueille comme une immense star et de jeunes chanteurs en vue entament des duos avec celui qui, pour la France et la Belgique, est incapable d’aligner trois notes.

Ici, Plastic entre peu à peu dans la légende. « Voir » écrit de Plastic qu’ «  il a vécu les années 80 pour vrai », avec tous ses excès, ce qui semble transcrire assez bien ce que pense le public montréalais.  Plastic fixe dans l’imaginaire collectif rien de moins que « les années 80 », comme Juliette Greco symbolise « les années 50 » depuis 50 ans.

On paie pour entendre Juliette chanter St-Germain des Prés, on paiera ici pour vivre les années 80 en Plastic.

C’est ainsi que l’on devient une icône. Plastic doit maintenant profiter de cette vague, l’enrichir de mythes et l’exploiter.  Pour Plastic le Québec, qui lui permet un voyage dans le temps, lui en procure un autre.

« A Montréal, il me vient cette impression du grand New York des années 70. J’y retrouve la même énergie, je vois des créateurs partout. »

Je partage cette opinion. Montréal devient actuellement un centre mondial de la créativité. 

Publié dans SHOW-BUSINESS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article