Paolo Coelho, sa nièce et le droit au plaisir

Publié le par Hubert Mansion

Paulo Coelho publie sur son blog le récit de sa découverte : sa nièce a obtenu la copie d’un de ses manuscrits sur Internet. Comme il n’a jamais rien publié  de tel, il fait une enquête.

Sa nièce lui explique ce qu’est la culture de l’Internet.  « D’après elle, vous avez des droits fondamentaux à l’information et au plaisir. Si vous avez de l’argent pour acheter un livre, achetez-le – il est beaucoup plus agréable de lire sous la forme imprimée. Si vous n’en avez pas, vos droits sont les mêmes – et il faut trouver un moyen de les exercer. »

Si, juridiquement, cet argument ne convaincrait aujourd’hui aucun juge, il me semble très intéressant.

Ce « contre-droit au plaisir », émanant d’un nombre de plus en plus grand d’internautes, constitue en effet une vague de fond née dans les années 60 et dont on ne mesure certainement pas toute l’ampleur. Car si la nièce de P. Coelho croit qu’un tel droit existe, c’est qu’elle l’a vu partout.  Les entreprises commerciales de tous bords ne nous ont-elles pas bassiné les oreilles avec « le droit d’être belle », « le droit de se détendre », le « parce que je le vaux bien » qui ne cachaient bien sûr que l’obligation d’acheter ?  Ce « droit » étant ainsi consacré dans l’inconscient collectif occidental, la société de consommation peut-elle légitimement se plaindre qu’on l’exerce ?

D’autre part, comment peut-on, au fond, tolérer que le monde du divertissement et de la culture ne soit réservé qu’aux riches ? Qui, plus qu’un malheureux, a besoin de se distraire ? Qui, plus qu’un pauvre, a besoin de connaissances ?

Soit l’ « entertainment » ne vaut rien, alors qu’on le donne; soit il possède une grande valeur, et alors qu’on le partage.  « Ma nièce m’a montré que sur un seul des nombreux sites de « Peer2Peer », il y avait 325 de mes œuvres, dans diverses langues, dans des centaines ou des milliers d’ordinateurs. Je l’avoue, j’en ai été très honoré, cela prouve que les lecteurs sont vraiment la pièce fondamentale pour la divulgation d’un travail, même si cela ne se fait pas par des moyens conventionnels. »

Site officiel Paulo Coelho : http://www.paulocoelho.com/fran/index.html

Son blog : http://www.paulocoelhoblog.com/guerrierdelumiere/

Publié dans SHOW-BUSINESS

Commenter cet article

Michel 29/03/2007 11:38

Bonjour,Si vous êtes fan de Paulo Coelho, je vous invite donc à rejoindre le groupe de discussion du fan club officiel français : http://fr.groups.yahoo.com/group/paulocoelhoVous pourrez y échanger avec d'autres lecteurs et fans de notre auteur favori.Suivez votre chemin.Michel HUBERTPrésident du Fan Club Officiel Français de Paulo Coelho

Charles 06/12/2006 01:30

Intéressant point de vue...Le droit d'auteur est, de fait, violé par à peu près cinq cent millions d'internautes qui reproduisent sur leurs sites et leurs blogs des photos, des images, des logos qui ne leur appartiennent pas. Le droit des photographes et des graphistes serait-il inférieur à celui des musiciens ? Non, mais il n'est pas soutenu par de puissantes industries..,