Le CSA se penche sur Pamela

Publié le par Mansion

 

PRODUCT PLACEMENT : MARKETING ET DROIT

 

Le dernier bulletin du SNAC évoque l’épineuse question de la publicité déguisée dans les films américains traduits en français. Que faire en effet lorsque, ayant financé une partie d’un film, un propriétaire de marque exige la mention de celle-ci dans le corps même du film ?

 

Cette publicité est-elle conforme à l’interdiction de la publicité clandestine et aux règlements du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) français ?

Le CSA a dégagé les règles suivantes :

- aucune interdiction en ce qui concerne les films cinématographiques

- autorisation pragmatique pour l’audiovisuel, selon  des critères allant de la présence ou non de pluralisme dans la présentation de produits ou services, la fréquence de la répétition, et la complaisance.

Ainsi, dans Chérie, j’ai rétréci les gosses, une partie de la série se déroulait au sein d’un MacDonnald pour des raisons publicitaires. Le CSA a mis en demeure le diffuseur (M6) avec la circonstance aggravante que la série s’adressait à un jeune public.

Mais c’est Alerte à Malibu qui reçoit la palme. Dans un cas,  Virgin Cola apparaissait avec insistance au moment où cette marque était introduite sur le marché français.  Ce produit était en partie conçu, dans son approche marketing comme un produit dérivé de Pamela Anderson puisque Richard Branson avait fait dessiner la bouteille aux formes de son amie.

Une autre décision condamnait la même Alerte  parce que  la pochette du CD de la musique de la série apparaissait dans le générique de fin avec l’inscription " Bande originale disponible ! " 

Tout ceci sans parler, évidemment, de l’augmentation phénoménale du revenu des chirurgiens esthétiques en raison de l’augmentation non moins phénoménale du volume de millions de poitrines françaises.

Publié dans SHOW-BUSINESS

Commenter cet article

Ronan 15/06/2005 09:56

Ah...le CSA a vraiment que çà à branler, films, musique, évenements sportifs, talk show...tout fonctionne sur l'idée d'amortir les coûts et de faire du blé grâce à la pub...