Haine, sexe et Big Brother

Publié le par Mansion

LE PRIX DE LA HAINE

 

Lorsque Lisa Jeynes s’engage à participer à la version anglaise de Big Brother, elle le fait pour ce petit tas de mauvaises raisons qui poussent la plupart de ses congénères à le regarder.  Elle ajoute qu’elle recherchait ses 15 minutes de gloire.  La gloire suppose l’accomplissement d’un fait héroïque qui suscite l’admiration. La télé-réalité propose, à la place, le vedettariat, comme font certains restaurants qui n’ont pas de foie gras mais suggèrent du pâté.

Le vedettariat ne résulte que d’une exposition à outrance aux yeux du public. Il peut provenir aussi bien du crime que de la beauté,  de la bêtise ou du handicap, comme va l’apprendre la candidate de Big Brother.

Lisa fait son entrée dans ce jeu à la sixième semaine de l’émission. Aux producteurs qui la félicitent d’oser entrer en pleine bataille, elle répond naïvement qu’elle a… des couilles.  Comme la phrase fait rire les producteurs, elle la répète durant l’émission.Il n’en faut pas plus pour installer la rumeur.

You are the man

« C’est seulement quand je suis sortie et que j’ai vu le visage de ma mère que j’ai compris que quelque chose s’était passé » dira-t-elle au Daily Mail. Enfermée dans la Maison, elle était soigneusement tenue à l’écart des médias.  Quand elle lit les articles de presse que lui présente sa mère, elle découvre que toute l’Angleterre la prend pour un homme.

Quand elle sort,  on lui tend des banderoles « Lisa, you are the man » ; des passants demandent à sa mère comment va son fils, chaque entrevue commence par  « So, are you really a man ? », une partie de sa famille ne veut plus lui adresser la parole, une clinique de transformation de sexe lui demande de partager son expérience…Elle est enfin gratifiée du titre de « Britain’s most hated woman ».

« Je m’attendais à être traitée de bimbo, de salope ou de mangeuse d’hommes. Mais découvrir que tout le monde pensait que je suis un homme a été trop pour moi. Je n’arrêtais pas de penser : Suis-je laide à ce point ?, et je n’arrêtais pas de pleurer. »

Lisa entame  une chirurgie esthétique : en octobre 2003,  son nez est transformé, en août, elle augmente le volume de sa poitrine, s’injecte du botox, passe des heures au solarium, et modifie sa couleur de cheveux. Elle a perdu son argent, sa dignité, son équilibre et sa famille. Mais elle est célèbre.

Publié dans SHOW-BUSINESS

Commenter cet article