Le sommet grace à la chute

Publié le par Hubert Mansion

  

 

 

 

Le vedettariat ne résulte de rien d`autre que de la surexposition médiatique. Mais celle-ci provenait, jusqu`il y a peu, du fait que la vedette avait agi de manière plus ou moins extraordinaire, ou avait accompli un fait valant une attention spéciale. On remarque aujourd'hui que la médiatisation n'agit pas en tant que relais de cet aspect non ordinaire, mais comme cause : en d`autres termes,  ce n`est plus : je passe à la télévision parce que je suis célèbre, mais je suis célèbre parce que je passe à la télévision. En conséquence, c`est le média qui, focalisant ou non son attention sur telle personne, se fait juge de son droit à la notoriété.

Le fait a sans doute toujours été plus ou moins sous-jacent, mais dans l`affaire de Caroline Marcil, il atteint une sorte de paroxysme. Car la jeune chanteuse (que je ne juge absolument pas ici) n`est jugée extraordinaire et digne d`intérêt que parce qu`elle s`est comportée de façon tout à fait ordinaire : elle oublie les paroles de l`Hymne national américain, puis elle tombe sur la glace devant des milliers de téléspectateurs.

Les conséquences en sont étonnantes :

http://www.radio-canada.ca/regions/mauricie/nouvelles/200504/28/008-marcil.shtml

Publié dans SHOW-BUSINESS

Commenter cet article