Les 7 péchés capitaux du show-business : (3 de 7) l’avarice

Publié le


 

 

Je ne crois rien


Est-ce parce que j’ai passé l’âge? Parce que je suis moins touché qu’autrefois par les problèmes qu’ils abordent?


Peut-être.




Mais je ne crois rien de ce que les chanteurs et chanteuses me chantent. Je n’y arrive tout simplement plus. Je veux bien leur reconnaître du talent, de la voix, des textes et des arrangements, une bonne production: mais de la sincérité, je n’en sens pas.

Il y a trop de maniérisme dans leurs bémols; dans leur souffle je sens trop d’artifices. Trop de mimétisme chez les rappeurs, de marketing chez les sentimentales, de business plan chez les humanistes, de sportives chez les sensuelles.

Et aucune urgence nulle part, sauf celle de devenir une star, alors que la star de demain sera celle qui sortira du système de la reconnaissance publique.

Il n’y a plus de cri dans leur chant.

Changer le monde

On dira  que la musique reflète les valeurs de la jeune génération, et qu’elle la décrit. Je n’y crois pas, dans le cas d’espèce. Car la jeune génération est tellement déçue par l’absence de sens qu’on lui propose qu’elle s’est résignée au pire: ne plus le chercher.

Mais il suffirait d’un seul, d’une seule, pour réveiller les aspirations de millions de jeunes, car la volonté de changer le monde lui est définitivement attachée.

Seulement voila: il faudrait que cet artiste soit irréprochable sur un vice  au moins: l’avarice définie par St-Augustin comme le désir que porte l’homme d’obtenir plus que nécessaire, qui vient de plonger le monde dans un désastre.

L’avarice, dans ce sens, n’est pas le vice de garder, mais d’accumuler toujours plus. L’avarice, c’est reconnaître l’argent pour son dieu. Il s’agit donc d’une idolâtrie, pour laquelle on sacrifie son repos, son plaisir, sa santé, son honneur, sa vie, sa conscience. Et sa sincérité.

L’avarice, sans aucun doute, est, pour cette raison, le péché le plus grave des artistes.











Publié dans SHOW-BUSINESS

Commenter cet article

Janni A. 03/02/2009 05:39

C'est vrai qu'on ressent la peur et on se pose des questions sur l'oeuvre qu'on veux realiser. Mais au meme temps c'est cette peur, pour certaines personnes, qui leur motivent  de se depaser. Vaux meux essayer que rester sans jamais essayer!.

Karina 01/02/2009 01:24

Quand les chanteurs commencent leur carrière, plusieurs veulent faire passer un message... Selon moi, l'avarice vient plus tard avec ce que le métier impose!Tout le monde autour d'eux veulent une large part de gâteau donc, ils s'arrangent pour que les chanteurs deviennent plus "marketing".