Un poissonnier se trompe

Publié le par Hubert Mansion


Un poissonnier près de chez moi vient d’ouvrir juste en face de son magasin une charcuterie, au moment où je lis dans le New York Times que la diversification d’une entreprise annonce souvent sa fin.

Je le vois passer en souriant des moules aux saucissons, tout fier de son expansion ; il surveille un magasin de l’autre et les clients qu’il n’attrape pas avec la morue, il les convainc avec le jambon.

En tous cas c’est l’idée.

Mais est-ce que ça marche ?

Dans ma tête, je n’arrive plus à l’associer ni avec un produit ni avec l’autre. On dirait que je pense qu’il a trahi la raie avec le jambon.

Avant, c’était l’homme en blouse blanche qui devait connaître la mer, la pêche, les pêcheurs. Je voyais l’océan dans ses yeux, le vent salé dans ses cheveux. Il suffisait qu’il ne se soit pas coiffé pour que je l’imagine en bateau : j’avais l’impression qu’il savait tout de la mer, et c’est ce que j’achetais dans sa poissonnerie.

Mais aujourd’hui je ne vois plus rien, je ne ressens plus rien, et je ne crois plus ni à sa mer ni à sa charcuterie. Il a perdu son identité en augmentant son étalage. Investissant dans la charcuterie, il ne peut plus, pour moi, rester le spécialiste du poisson.

Je sais que je me trompe, que je suis stupide, car pourquoi ne saurait-il plus rien de la sole à cause du salami ? Mais c’est pour cette même raison que je n’ai jamais acheté un disque d’Elvis Presley (rock and roll et Hawaï) et de tant d’autres.

Je ne sais pas ce que j’achète si on ne me vend pas de l’identité.

Publié dans SHOW-BUSINESS

Commenter cet article

Hubert 23/11/2008 06:38

Bonjour Jani,
Merci pour votre commentaire. Je ne veux parler que pour moi-même, car cette matière est délicate. L'identité d'un produit, d'un service ou d'un produit est une étiquette qu'on pose. Une étiquette est un raccourci, une simplification parfois extrême de ce qu'est réellement le produit ou le service, et encore davantage la personne. Moins on a de temps, plus on pose d'étiquette, afin de se repérer rapidement. Et comme nous avons tous de moins en moins de temps, nous utilisons de plus en plus d'étiquette. Il est donc important pour un produit ou un service d'émettre une identité de manière rapide et efficace, chose que le show-business fait depuis plus de 60 ans. Fondamentalement les bases sont les mêmes: réduction et amplification du corps du message - c'est-à-dire caricature...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Janni 22/11/2008 07:55

Allo!
J'ai beaucoup aimé votre article.
Si je comprends bien, mettre une indentité sur une image n'est pas seulement fait pour un artiste, on peut mettre une identité sur une entreprise aussi ...mais je suppose qu'il doit avoir une difference pour trouver une identité pour une entreprise et une personne ? comment on se decide sur le choix d'identité dans les deux cas ? est ce que c'est les memes éléments (sociaux, geographique,religieux,etc) qu'on doit prendre en consideration ?
merci et j'espère que je ne derange pas..
Janni
(excusez pour les fautes...j'écris dès mon celullaire)

Hubert 20/11/2008 22:46

Merci pour vos gentils commentaires. Je lirais avec beaucoup d'intérêts le résultat de vos recherches sur l'identité dans la world music,
En ce qui concerne le problème technique que vous soulevez, je m'en inquiète aussitôt.
Hubert

Julie Goudot 20/11/2008 09:35

J'ai oublié d'ajouter quelque chose, concernant l'ergonomie du blog cette fois: j'ai cherché, sans le trouver, un lien permettant de retourner à la page d'accueil lorsque la page affiche l'article seul sur lequel on vient de cliquer, mais je ne l'ai pas trouvé. Il faut donc modifier l'adresse dans la barre du navigateur...peut-être qu'un petit lien "retour à l'accueil" en haut et en bas de page serait pratique?

Julie Goudot 20/11/2008 09:14

Bonjour, Je viens de tomber par hasard sur votre site, et je sens que je vais avoir du mal à m'en défaire aujourd'hui. Heureusement que c'est mon jour de congé! Toutes ces analyses sont vraiment très fines et, pour moi qui suis musicienne et, pourrais-je dire, scandalisée par l'utilisation ultra-commerciale de cet art aujourd'hui, vos articles me parlent beaucoup. D'ailleurs, le sujet de "vendre de l'identité" fut le sujet principal de mon mémoire de fin d'étude au Centre de Formation des Musiciens Intervenants (CFMI) de Poitiers l'année dernière, et notamment dans le domaine de la World Music. Il serait bien trop long d'en parler ici, aussi je m'arreterai là, mais attendez-vous à me recroiser bientôt et bien souvent!Bonne continuation!