Stratégie fiscale

Publié le par Hubert Mansion

Il semble à la presse française que la requête en nationalité de Johnny Hallyday auprès des institutions belges soit aussi invraisemblable que si Corneille demandait à devenir tchétchène.

Le chanteur se défend  en assurant qu’il aurait été belge de naissance (puisque né de père belge) si la loi de l’époque n’avait opéré de discrimination vis-à-vis des enfants adultérins.  Sans doute, mais pourquoi faire la démarche si tard, puisqu’il y a maintenant plus de 60 ans que l’affaire s’est produite ?  Et pourquoi entamer ces formalités  juste après avoir perçu une avance  de Warner, estimée à 3 millions d’euros ? Selon Le Point, la réponse est bien simple : Johnny veut acquérir la nationalité belge pour devenir citoyen de la Principauté de Monaco. En effet,  selon une disposition de la loi française, tout Français qui transfère sa résidence à Monaco continue d'être imposé en France.  En devenant Belge, Johnny échapperait donc à cette disposition et deviendrait un Belge monégasque cinq ans plus tard. La technique est brillante et légale : Mick Jagger n’aurait pas fait mieux. Qu'elle ne plaise pas à la France, certes. Elle ne plaira pas davantage à la Belgique dans 5 ans. Mais c'est une bonne nouvelle du point de vue professionnel car cette organisation démontre  que le chanteur a décidé d'écouter ses conseillers. Si son instinct a toujours permis à Johnny d'évoluer dans sa carrière, ses intuitions fiscales avaient été, jusque là, aussi hasardeuses que mes talents de coiffeur.

Publié dans SHOW-BUSINESS

Commenter cet article